love

Ma Mère : Ma Vie Mon Tout

Publié par

Partie 2 : La Descente

Toutes mes amies m’enviaient à l’école. C’est vrai que ma mère est particulièrement cool. De toutes les mamans c’est elle qui savait le plus faire plaisir aux autres.

C’est aussi la pire des gaffeuses. Je me rappelle qu’un jour on m’a offert un journal intime et j’ai de suite pensé : pourquoi faire puisque je ne cache rien ? Et puis j’ai compris que c’était plus un exercice d’expression écrite.
Mais j’ai joué le jeu bien que n’ayant pas beaucoup à dire. Un soir, ma mère nous couchait et elle me dit « Au fait Audi, on écrit G.A.M.E B.O.Y. »

Je réfléchis… ce n’était pas le mot que j’écrivais régulièrement, et là mon journal intime me revient. Bon j’ai râlé histoire de, mais je n’en avais rien à faire. Ça a été une excuse pour l’arrêter.

Mon père disait qu’il laissait faire ma mère, beaucoup plus douée que lui. Chacun son truc on va dire. Lui était soit bébé, soit adulte mais entre deux il était perdu !

Vraiment j’ai la mère parfaite. Et d’ailleurs, je l’ai entendu dire une fois qu’avec moi elle n’avait pas besoin de s’excuser quand elle était en torts, puisque je revenais moins d’une heure après car je ne supporte pas les disputes ! Gonflée quand même… Mais c’est vrai que je suis aussi fidèle qu’un toutou.

Je ne me rappelle pas bien la première fois où j’ai eu peur pour elle. Après je suis très et trop protectrice. Ah la première fois où j’ai été très impressionnée c’était après une cœlioscopie qu’elle devait faire tous les 5 ans je crois ? D’ailleurs ça va être mon tour (ouiii…).

J’étais sa personne de confiance, mon père rentrait plus tard. Je ne l’avais jamais vu ainsi. Après l’examen elle a été emmenée en salle de réveil, où nous étions seules et ma mission était bien sûr de la surveiller à son réveil.

À priori une mission simple. C’était sans compter sur ma mère. J’ai découvert sa phobie des examens/hôpitaux. Elle se réveille au bout de 2 minutes et me dit de lui passer ses vêtements et arrachait les fils en même temps. Je devais avoir 18 ans et j’essayais de l’en empêcher mais bon sang cette force ! Une infirmière a enfin entendu mon appel et lui a dit de rester calme, qu’elle pouvait s’habiller et attendre. (Elle aurait pu le dire plus tôt).

Bon je m’égare, allons en 2020. Vers la fin de cette fichue année. Son pied gauche s’est mis à sauter, comme ça du jour au lendemain. Quand il était allongé il sautait mais en position allongée. J’ai dit à ma mère, sans grand espoir, qu’elle devrait consulter un neurologue. J’ai parlé dans le vide. J’ai fait quelques autres essais infructueux, et son pied qui sautait me décourageait. À côté de ça, elle m’avait dit qu’elle n’allait pas très bien
avec la situation du Covid. En avril 2019 elle devait aller à Bali, villa avec piscine personnelle, etc. Je lui avais suggéré l’idée, elle était fatiguée des longs voyages en autocars à l’autre bout du monde. Et puis elle mangeait sans sel et sans sucre donc ce n’était pas facile. Bon en avril 2019, on était confiné donc vous connaissez la suite.

La vie a été plutôt calme malgré son pied gauche qui sautait et ses repas qui étaient devenus les mêmes midi était soir. Honnêtement, je vais vous épargner la recette… Mais je me demandais ce qu’elle éprouvait. Après elle a toujours mangé très vite donc les réponses étaient vagues : je n’ai pas faim, ça m’est égal…

Pour son anniversaire j’ai voulu faire les choses bien, j’ai commandé chez un traiteur Grec dans le 6ème arrondissement, Evi Evane , ma mère a adoré et encore un grand merci à eux. Pour Noël, ma mère a fait les courses et j’ai encore mis ça sur la Covid, mais honnêtement, bon passons. Pour le Nouvel An j’ai décidé de faire les courses et on a passé une très bonne soirée.

presents

En 2021, ses réactions bizarres ont commencé mais il y en a eu peu et elles étaient espacées comme je vous l’ai déjà dit.

Par respect, je ne vais pas rentrer dans certains détails physiques et comportementaux.

Ma mère avait commencé certaines habitudes plutôt étranges, comme utiliser le même bol pour manger midi et soir et elle les lavait avant chaque utilisation. Même chose pour les couverts. Ça paraît anodin mais même quand Teresa, la femme de ménage, venait, elle rangeait son bol et ses couverts dans un endroit « pas touche ».

J’attendais vraiment le vaccin pour ma mère car des médecins lui avaient dit que si elle l’attrapait, elle était fichue. (Quelle finesse).

Mi-avril, c’est bon 2ème vaccin de fait !
Ma mère confondait les mots, les lieus, et je n’arrivais plus à capter son attention. Pas facile pour avoir les noms de ses médecins !

Ma tante inquiète est venue la voir. Elle est difficilement impressionnable mais là elle m’a dit qu’il fallait absolument faire quelque chose.

J’ai refusé la tutelle (perte de temps) et l’hospitalisation à la demande d’un tiers. Cela dure 48 heure, et tombait pendant un long week-end de mai et en plus elle atterrissait en psychiatrie. Inutile..

J’ai eu le rendez-vous chez la néphrologue (yes !).

Par contre l’urologue c’était en juillet, forcément ça paraît près mais mi-avril c’était trop loin pour moi. Mes parents m’ont appris un truc hyper important dans la vie : il faut tout faire pour avoir ce que l’on veut.

J’ai réussi à avoir le numéro de la secrétaire de l’urologue ainsi que son mail. J’ai écrit un mail complètement paniquée mais je l’étais vraiment… L’urologue, adorable, me répond et me propose un rendez-vous plus tôt,
le 27 mai je crois et prescrit un scanner thoracique-abdomino-pelvien. Elle me conseille fortement une scanner cérébral également mais celui-ci devait être prescrit par son généraliste (pour le suivi ensuite).

C’est là que les batailles et courses contre la montre ont commencé

https://mybeauties.blog/ma-mere-ma-vie-mon-tout-partie-3

Un commentaire

Laisser un commentaire